Comme cette année, la sortie à Estartit a été déplacée fin août, une petite équipe de plongeurs du SACL a profité de l’occasion pour organiser la londeune sortie dans le Sud de la France, à La Londe les Maures pour les congés de la Pentecôte. Cette fois-ci, le but n’était pas nécessairement de réaliser des plongées profondes touchant les 60m, mais plutôt de voir certaines épaves connues.

Cathy, Lynn, Nathalie, Claude L. et moi avons voyagé ensemble en voiture, Tom S., Claude M. et Patrick G. sont venus en famille. A La Londe notre cher chef de base Jéjé et son équipe nous ont chaleureusement accueillis à L’« Aqualonde ». Logés pas loin de la base nautique et du port, nos charmants appartements étaient équipés d’une terrasse permettant de faire des apéros bien sympas à tour de rôle.

Revenons à la plongée… Jéjé, le chef plein d’élan et d’énergie nous a proposé un programme bien sympa pour la semaine. Tout a commencé par une petite plongée de réadaptation qui cachait déjà quelques surprises intéressantes, non pas sous l’eau, mais surtout après la plongée. Soudain, une palanquée se trouvait à plus de 100m du bateau, bouée en surface. Largage des amarres ! En se rapprochant, constatation flagrante : PAS de palanquée accrochée au parachute ! Eh bien oui, les nœuds, ces sacrés nœuds, qui ne tiennent pas. Faudrait revoir un peu cette fameuse partie du programme P3. C’est ainsi que l’équipe du Luxembourg, et surtout Tom S. était bien connue sur le bateau. Ça promettait… et notre guide a bien constaté qu’il y avait des marins d’eau douce peu expérimentés sur le bateau. La semaine promettait d’être bonne !

Le briefing de l’après-midi était sympa et rapide. Ici, pas de photos du site. Une feuille blanche, un crayon et quelques courtes explications. Une autre équipe qui avait déjà plongé la veille sur le même site a eu un briefing très précis du même site : « Les roches n’ont pas bougé », terminé… facile. Ainsi se sont succédé des phrases désormais cultes comme : « l’avant du bateau, c’est la partie pointue », « le pendeur c’est pour faire pendre », « heureusement que tu as ton nez, sinon tu aurais pris du soleil dans le visage », etc. Tout compris ?

Quelques jours plus tard, en remontant de l’épave du Grec, surprise. Deux plongeurs étaient en train de faire des acrobaties un peu spéciales ne faisant pas partie des programmes de la FLASSA. Une des deux vis fixant la bouteille à la veste de Cathy s’est détachée et la bouteille se promenait sur son dos mais pas tout à fait dans le bon sens. Mais heureusement Claude était à ses côtés et s’est quasiment assis sur elle afin de maintenir le bloc en place et de terminer ce « petit » palier de 20 minutes à 3 mètres. Malheureusement je n’avais pas de caméra sur moi.

Les plongées comprenaient certains fameux sites, comme le Grec, le Donator - ENFIN, comme disait Nathalie, ENFIN - ou bien la Gabinière. Des plongées bien organisées et impressionnantes. Des plongées, bien qu’assez carrées, mais intéressantes au niveau formation, impliquant une bonne gestion de la profondeur et du temps afin d’évites des paliers trop longs.

N’oublions pas non plus les apéros sur cette fameuse terrasse du port : vue magnifique sur le parking mais surtout présence des locaux, plein d’énergie qui avaient envie de partager des sagesses méridionales, comme par exemple que « les femmes te soulent sans te faire boire » et j’en passe…

Finalement cette semaine comprenait tout : de belles plongées, une superbe équipe de plongeurs et bien sûr des apéros et soirées sympas. A refaire ! Vive la bourride !

Merci à Cathy pour l’organisation.

Aller au haut